Les Abbayes et les Chartreuses de l'Ain

A découvrir ou à redécouvrir ...

L'abbaye de Sélignac

L'abbaye de Sélignac

Très bien cachée dans le vallon entre Simandre et Corveissiat un immense bâtiment avec ses dépendances et ses terres se révèle à la vue depuis la route principale.
Le val St Martin, rappelant le Saint Chrétien "St Martin" ancien soldat de Rome qui fut l'un des premiers prêtes vers le début du 4e siècle après Jésus Christ, était peut être un lieu de culte Celte lié à l'eau.

A gauche l'entrée principale de cette superbe architecture, une source s'écoule dans un bac. En ce jour chaud d'été 2022, c'est une grâce de se désaltérer de son frais breuvage.

Parmi les Chartreux, on retrouve les noms de presque toutes les grandes familles de France. En effet un ou plusieurs enfants de chaque génération rentraient dans les ordres, soit prêtres, soit religieux, soit moines...
D'autres familles achetaient une cellule et rétribuaient un moine dans une chartreuse pour prier pour eux ou leur famille.

La Grande Chartreuse, sous l'Ordre de Saint Bruno est en pleine expansion. Au XIVème siècle, pour gérer ses nombreuses abbayes, l'ordre est divisé en 13 provinces. La Révolution française, vida les chartreuses. En 1816 Dom Romuald MOISSONNIER reprend possession de la Grande Chartreuse.

Pour garantir le désert, le village de Sélignac est déplacé 1 km plus à l'ouest. Il a aujourd'hui disparu.
En 1210 le Duc de Bourgogne donne également des biens pour sa création, mais aussi des avantages "aux enfants" de Saint Bruno.
La Maison du Val-Saint-Martin, 38ème de l'Ordre, fait partie de la province de Bourgogne comme toutes celles de l'Ain.

Le musée de la Grande Chartreuse possède une peinture du 18ème du monastère.


Perspective cavalière de la chartreuse de Sélignac, huile sur toile du peintre Raquelli (1784)

Sélignac ou Sélignat se nomme au départ, Maison du Val-Saint-Martin.
Les sires de COLIGNY possèdent les terres sur le Revermont, de Coligny à Pont d’Ain. Le 14 septembre 1201, Hugues II de COLIGNY, part pour la 4ème croisade. Comme beaucoup de seigneurs, il lègue tout ce qu’il possède sur la paroisse de Sélignac, à la Chartreuse de Seillon en vue de la fondation d’une nouvelle chartreuse, pour le repos de son âme et de celles de ses ancêtres. Le 8 octobre, il embarque à Venise. Il meurt en septembre 1205.
Le pape Honorius, la prend sous sa protection en 1225.
Le duc de Bourgogne, Jean lui cède le fief d'Avililiat en 1245.
La chartreuse est exonérée de droits de péage par le sire de BEAUJEU en 1277.
A la Révolution française, comme beaucoup d'autres abbayes ou chartreuses, elle fut fermée et dévastée.
En 1867, la propriété est rachetée, restaurée, et occupée par les chartreux.
En 1901 la propriété est vendue, les moines s'exilent en Suisse. C'est un Lyonnais, M. BOUILLAT qui achète les biens. Il fait des travaux et ouvre un grand hôtel. Hôtel fermera en 1912...
Remis en vente, Mme TARDY achète la propriété et, par une grande bonté, la rend aux chartreux de l'Ordre qui s'y réinstallent en 1928.
De 1211 à 1790, puis de 1867 à 2009 des moines vécurent à Sélignac.

Depuis ce sont des laïcs de la Communauté du Chemin Neuf qui gèrent les bâtiments.

La congrégation de Sélignac porte plusieurs armoiries.

La première représentation est de gueules à l'aigle d'argent becqué, membré et couronné d'azur, qui est en faite la famille de COLIGNY ;
La deuxième est d'azur semé de fleurs de lis d'or, qui est celui de France (ancien) ;
La troisième est d'or à un saint Martin de gueules.

Il existe un film représentant la chartreuse avec ses moines. Ciné Art Loisir a aussi photographié les chartreux à Sélignac avant leur départ, vous en fait donc profiter.

Les photos ci dessous ne sont pas toute de moi car il m'a été interdit de rentrer prendre des photos.

Joomla Gallery makes it better. Balbooa.com