Le Patrimoine

bornes armoriées

Il faut garder et entretenir les vestiges du passé...
Pour cela il faut le répertorier, l'entretenir et le respecter.
Après une page dédiée aux blasons sur les monuments, vous trouverez ici ceux sur des bornes marquant des limites.
Celles ci étaient aussi importantes autrefois qu'aujourd'hui, même, peut être plus.
Il fallait reconnaître sur quelles terres on entrait et en cas d'incivilité quel seigneur rendrait justice.


borne du Dergis
Cette borne est située au Dergis, dans la plaine de Lavant sur le Plateau d'Hauteville.
Elle marque le territoire de l'ancienne abbaye de Saint Sulpice.

Borne de Charabotte

Cette borne datée de 1593 avec deux armoiries est très intéressante.
Elle est située au dessus du hameau de Charabotte.

Elle donnait les limites entre les seigneuries de Lacoux et Longecombe, sur le plateau d'Hauteville.

Or les blasons gravés ne correspondent absolument pas aux seigneurs de ces terres.
Sur la borne on trouve coté couchant "de .... à un chevron de ...." et du coté levant " de .... à deux bandes ondées de ....".

Les familles propriétaires sont : pour Longecombe la famille du même nom : de LONGECOMBE et pour Lacoux les de VILLETTE.


borne de Charabotte

Les de LONGECOMBE porte " d'or, à deux bandes ondées d'azur"
Les de VILLETTE possède "D'azur à un chevron d'or bordé de gueules accompagné de trois lions d'or posés deux et un"

Ces deux blasons ne sont pas à ceux des familles.
Les blasons ressemblent l'un au blason de la famille de MONTILLET "d'azur au chevron d'argent surmonté d'un croissant de même" et l'autre à celui de la famille d'ANGEVILLE "de sinople à deux bandes ondées d'argent".

Peut-être est-ce une borne de réemploi ?



borne des trois cantons

Située en forêt, elle est appelée «borne des trois cantons ».

Elle représentait la limite entre la seigneurie de Champdor, le Vicomté de Lompnes et le Marquisat de Chateauneuf. Aujourd'hui elle marque la séparation des trois cantons de Brénod, Hauteville et Ruffieu. Elle porte les armes des de MONTILLET et un texte « par arrêt de la cour de LYON du 26 AOUT 1864 ».

C'est M. Anthelme Lazare Théodore de MONTILLET, Baron de Champdor, qui fait placer cette borne suite au jugement d'appel rendu par la Cour Impériale de LYON, et à un procès du 21 août 1861 prononcé par le tribunal civil de Belley. Ce procès entre M. le Baron et la commune de Ruffieu concerne une partie de la forêt de la Loge, dont chacun se dispute la propriété. Le jugement fut rendu en faveur de M. de MONTILLET, par rapport aux actes d’inféodation de Chateauneuf par le Comte de SAVOIE à Pierre de GERBAIS en 1318, aux plans et délimitations de Champdor en 1432, 1516, 1676 et 1732.